6 conseils de filleule pour une année de mentorat réussie
6 conseils de filleule underline
pour une année de underline
mentorat réussie underline
publié le 08/03/2024

Carla Poggi-Giangrasso, élève de terminale STMG au lycée Honoré Daumier à Marseille, est filleule Capital Filles depuis la rentrée 2023. Sa motivation pour rejoindre le programme ? Pouvoir échanger avec une femme en dehors de son entourage pour bénéficier d’un point de vue différent. Avec Séverine Chalumeau, sa marraine de Veolia, elle forme un binôme épanoui. Découvrez sa formule pour un mentorat qui dépote !

1. Fixer ses objectifs à la première rencontre
C’est un moment important ! Pour faire connaissance, nous avons utilisé le livret fourni par Capital Filles, avec plein de petites questions, aussi bien sur les objectifs de l’une et de l’autre que sur des sujets brise-glace pour apprendre à se connaître.`Les objectifs évitent de s’éparpiller : je voulais travailler sur mon dossier Parcoursup et la recherche d’études supérieures, ainsi que sur mon avenir professionnel.

2. Se voir en présentiel pour une meilleure communication
Si on peut, c’est mieux pour faciliter la fluidité de la communication.
Nos rencontres ont lieu sur le lieu de travail de ma marraine, le mercredi après-midi. Elle est DRH, le métier que j’aimerais faire, ça me permet de connaître son environnement de travail, de rencontrer ses collègues et de pouvoir discuter avec eux, c’est très intéressant.

3. Se voir au moins une fois par mois
Je trouve que c’est un bon rythme, qui permet de voir nos projets évoluer. Nous fixons des objectifs pour le mois suivant : par exemple, la dernière fois, je devais écrire ma lettre de motivation pour trouver une alternance. J’ai noté les informations que je souhaitais y mettre ; au rendez-vous suivant ma marraine m’a aidée à la réaliser. En dehors de nos rencontres mensuelles, je lui envoie des SMS si j’ai des questions à lui poser.

4. Bien communiquer sur ses attentes
Comme j’avais précisé à ma marraine que je voulais travailler sur mon insertion dans la vie professionnelle, elle m’a proposé de créer mon profil LinkedIn. Je n’y aurais jamais pensé et c’est tellement utile !
De la même manière, c’est important de communiquer si l’on ne souhaite plus bénéficier du mentorat ou si l’on pense que ça ne nous convient pas – ça évite de laisser une marraine en attente. On a le droit de changer d’avis, mais c’est plus respectueux de le formuler.

5. Ne pas (trop) stresser !
J’étais un peu stressée à la première rencontre et ma marraine m’a mise à l’aise en m’expliquant qu’elle était là pour m’aider, pas pour me juger ou me mettre dans une situation inconfortable. Je pense que cela vaut pour toutes les marraines, leur but reste le même : elles sont là pour notre bien, pour nous pousser vers la réussite.

6. Penser aux bénéfices
En matière de temps, cela m’apporte tellement plus de bénéfices que de contraintes. Avec ma marraine, la réalisation de mon CV s’est faite en deux heures de rendez-vous. Quand je pense au temps que j’aurais dû y passer seule, pour un CV bien moins réussi !

 

Actus
Capital Filles finaliste du concours 2024 de La France s'engage 🌟
09.04.2024

Capital Filles finaliste du concours 2024 de La France s'engage 🌟

Nous sommes très fier·es d'annoncer que notre projet « Déploiement de Capital Filles en Outre-Mer » a été sélectionné parmi les 402 dossiers de...
+
Prochain Rendez-vous des Possibles à Lille le 11 avril
26.03.2024

Prochain Rendez-vous des Possibles à Lille le 11 avril

La prochaine édition de notre Rendez-vous des Possibles, rencontre dédiée à l’égalité des chances au féminin, se tiendra à l'auditorium du Palais...
+
L'IA est-elle sexiste ? (spoiler : oui)
21.03.2024

L'IA est-elle sexiste ? (spoiler : oui)

Une étude de l'UNESCO a révélé début mars que les grands modèles de langage de Meta et Open AI - ce dernier étant au coeur de la version gratuite...
+